Le billet du président

La décision d’organiser une intégrale des quatuors de Beethoven fut prise le 27 avril 2016,
sur sollicitation du Quatuor AVIV, qui constatait avec quelque regret qu’il obtenait meilleure
reconnaissance à New York, Paris Londres et Vienne qu’à Genève, où il s’était pourtant
fixé.
Crescendo a quelque peu hésité à relever le défi, tant l’entreprise, intimidante pour des
organisateurs amateurs, promettait de revêtir un caractère historique.
Pour nous, il était évident que les AVIV consitiuent l’un des meilleurs quatuors actuels,
mais notre créneau est bien celui de la promotion des jeunes. Or il était non moins évident
que par son formidable parcours et sa riche expérience, le premier violon Sergey
Ostrovsky n’est plus à révéler.
Les considérations artistiques ont balayé les hésitations: la frilosité n’est pas bonne
conseillère et il est des opportunités qui ne se présentent pas deux fois.
On n’imagine pas forcément tout ce que représente une telle intégrale; de la part des
musiciens tout d’abord, qui, pendant deux ans au bas mot auront interrogé, épuré chaque
mesure de leurs partitions. Pour les organisateurs également qui se sont aperçu qu’il ne
suffit pas d’installer des lutrins sur une scène.

André Piguet